Accueil > Livres ésotériques > Yi-king > PROPOS SUR LE YI-JING
PROPOS SUR LE YI-JING

PROPOS SUR LE YI-JING

  • Auteur :

    JEAN PHILIPPE SCHLUMBERGER

  • Editeur :

    NUMERILIVRE

  • Date de parution :

    5 Octobre 2012

  • Référence SE :

    L14524

  • Code EAN :

    9782366320008

  • En stock
9.99 €

Description

Le premier mot qui m’est venu à l’esprit en lisant ce texte est « précieux ». D’abord parce qu’il est posthume, et que sans le travail de retranscription auquel Rose-Marie Beckers a été invitée, nous n’aurions jamais pu en prendre connaissance. Ce fût un travail très complexe car le manuscrit était inachevé, souvent raturé, biffé, corrigé… Un travail de fourmi attentive et scrupuleuse, comme Rose-Marie sait l’être, et qui restitue intégralement le fond et la forme de ce second livre de Jean-Philippe Schlumberger, sans aucun ajout ni suppression.



Mais si ce livre est précieux, c’est aussi parce qu’il est inattendu, innovant, et qu’il prouve – s’il en est besoin –à quel point la personnalité de l’auteur était riche et son intelligence extrêmement ouverte, très loin des cloisonnements dans lesquels s’enferment trop souvent les spécialistes. On pourrait dire qu’en ce qui concerne le Yi Jing, Jean-Philippe Schlumberger se place sur un plan assez comparable à celui de Jean-François Billeter avec le Zhuangzi. Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit d’une démarche philosophique « globale » qui s’appuie sur un texte complexe que l’auteur connaît à fond et chérit plus que tout autre, et qui lui sert de socle pour une réflexion qui dépasse les limites du texte lui-même pour arriver jusqu’à nous, des millénaires après...

C’est en effet avec un regard de philosophe et de sage que Jean-Philippe Schlumberger nous livre son expérience du Yi Jing, irremplaçable compagnon de vie avec lequel il avait établi une relation toute personnelle, nous encourageant à faire de même : le Yi Jing, nous dit-il, est un « outil qu’on adapte à sa main, selon l’usage qu’on veut en faire »



« Propos sur le Yi Jing » ne ressemble à aucun autre ouvrage sur le sujet, car il est truffé de petites perles de connaissance, que l’auteur semble s’être amusé à semer au fil des chapitres, au milieu de considérations aussi techniques qu’érudites sur les hexagrammes et les multiples façons de les déchiffrer. J’ai lu ce livre comme s’il s’agissait d’une chasse aux trésors, y glanant ici et là une quantité de considérations qui m’allaient droit au cœur, comme par exemple la « Chine intérieure » de Jean-Philippe (merveilleuse notion que comprendront tous ceux que la fréquentation des grands textes chinois a changés en profondeur), et aussi tout ce qui concerne les deux hémisphères du cerveau, l’intuition, la poésie … et tant d’autres choses encore. Et si la technicité de certains passages m’a paru un peu ardue, l’espoir de tomber rapidement sur une nouvelle « perle » philosophique ou psychologique m’a tenue en haleine tout au long du parcours, sans jamais me décevoir.