Accueil > Livres ésotériques > Médecines orientales > La rumeur du dragon et l'ordre du tigre - Coordination des productions viscérales (triple réchauffeur) et distribution des phases nourricière (rong) e
La rumeur du dragon et l'ordre du tigre - Coordination des productions viscérales (triple réchauffeur) et distribution des phases nourricière (rong) e

La rumeur du dragon et l'ordre du tigre - Coordination des productions viscérales (triple réchauffeur) et distribution des phases nourricière (rong) e

  • Auteur :

    Jean-Marc Eyssalet

  • Editeur :

    Guy Trédaniel

  • Date de parution :

    1 Mars 1999

  • Référence SE :

    L14990

  • Code EAN :

    9782844450661

  • En stock
33.97 €
• Livraison gratuite

Description

Y aurait-il une représentation dynamique et fonctionnelle de l'être humain vivant dans son corps qui ne soit pas inévitablement et nécessairement limitée à ses reliefs, à ses contours visibles, ou encore à l'inventaire d'objets que permet la leçon d'anatomie ou l'observation de la cellule ? Les jeux de drapés de la statuaire grecque, tout autant que les mouvements de soie floue qui accompagnent l'élan des danseuses TANG, ne nous indiquent-ils pas autre chose que la docilité d'un vêtement ? Quel est le lien entre les méridiens d'Acupuncture répartis sous la peau, souvent popularisés sur un mode un peu magique (parce qu'inexplicite) par la presse, et les lieux de production de leurs Energies (Triple Réchauffeur), impliquant les centres vitaux de la profondeur du corps ? Dans un paysage vénéré, une montagne sacrée, des poèmes calligraphiés sont gravés dans la roche, au tournant d'un chemin, ou proches d'un lieu de contemplation, présences matérialisées et agissantes témoignant d'une relation essentielle, dont l'instant créateur se perpétue, élan de retour du symbole vers la réalité qui l'a suscité. Il y a quelque chose de cela dans le langage décrivant les Energies, nourricière (RONG) et défensive (NVEI), les douze méridiens et leur six niveaux stratégiques. Cela provient d'une transformation intérieure à laquelle nous pouvons seulement assister, cela se propage sur la peau, nous ajuste, nous nourrit, nous protège. Sensation, perception et représentation nous amènent à en tracer les trajectoires et les méandres, à en écrire l'itinéraire, à en décrire les rapports comme on composerait un poème "efficace", calligraphié, non sur une montagne, mais au plus près de soi, de sa propre vie... Ces gardiens de notre peau sont les témoins de notre relation à nous mêmes et au monde, ils sont tissage silencieux à chaque instant recommencé, ils sont musique...