Accueil > Livres ésotériques > Magie et sorcellerie > Paroles de Maître Arion suivi du Livre de la sagesse
Paroles de Maître Arion suivi du Livre de la sagesse

Paroles de Maître Arion suivi du Livre de la sagesse

  • Auteur :

    Dieter Rüggeberg

  • Editeur :

    Alexandre Moryason

  • Date de parution :

    1 Janvier 2000

  • Référence SE :

    L4744

  • Code EAN :

    9782950145925

  • Hors stock
22.31 €
En rupture de stock.
• Livraison gratuite

Description

Paroles de Maître Arion : ces Enseignements originaux et complémentaires à ceux délivrés dans les trois principaux ouvrages de Franz Bardon Le Chemin de la Véritable Initiation Magique, La Pratique de la Magie Evocatoire et La Clé de la Véritable Kabbale proviennent de notes prises, à Prague au début des années 1950, par un groupe de ses élèves.
C'est donc une Connaissance, tant théorique que pratique, qui est présentée ici sous forme de Questions et de Réponses ; elle sera sans aucun d'une source d'encouragements et d'inspiration très enrichissante pour ceux et celles qui étudient et mettent en pratique les écrits fondamentaux du Maître.
Le livre d'or de la sagesse - La quatrième Lame du Tarot : Ce livre devait traiter de manière exhaustive du
« fonctionnement » du Quaternaire dans tous ses aspects : celui du Microcosme ou Petit Quaternaire dans les Mondes Mental, Astral et Physique individuels ; et celui du Macrocosme ou « Grand Quaternaire » qui représente l'Univers créé dans lequel, tout ce qui existe est revêtu d'une forme, d'un corps, aussi subtile que soit sa Substance. Aussi, cet ouvrage concerne-t-il plus particulièrement les Lois Universelles régissant la Substance qui tisse ces corps multiples et notamment nos corps, corps physique inclus. Nous pouvons donc comprendre pourquoi cet ouvrage devait traiter d'Alchimie, Art relatif au travail sur et avec la Substance, selon ces Saintes Lois.
toutefois, nous n'en avons que des « fragments » (très précieux) car les bandes enregistrées furent réquisitionnées lorsque Franz Bardon fut arrêté en 1958. On pense qu'elles ont été détruites par la police.