Accueil > Livres ésotériques > Langue des oiseaux > Hyéroglyphie dans l’Art Antique
Hyéroglyphie dans l’Art Antique

Hyéroglyphie dans l’Art Antique

  • Auteur :

    Grasset D’Orcet

  • Editeur :

    LES TROIS R

  • Date de parution :

    1 Janvier 2000

  • Référence SE :

    L8297

  • Code EAN :

    9782911129032

  • Hors stock
59 €
En rupture de stock.
• Livraison gratuite

Description

Le premier volume, dont la transcription typographique rigoureuse nous a demandé beaucoup de temps, indique la source à laquelle a puisé notre « Champollion de l’hiéroglyphie française » : elle est grecque et niche dans l’Art antique. Ce que le lecteur pourra découvrir au long de ce recueil de vingt-et-un articles, dont certains inédits, proviennent de revues différentes : la Gazette des Beaux-Arts, la Revue Britannique, l’Orient, et qui ont trait à l’archéologie, l’esthétique, la philologie, l’histoire, la mythologie et les voyages.

Avec le volume second, les passionnés de Grasset d’Orcet devront à Lucie Bonato d’avoir découvert au sein de différentes archives toute une correspondance et un certain nombre de documents qui les éclaireront sur sa personnalité. L’archéologie et à la philologie lui tenaient particulièrement à cœur : grâce à ses connaissances et ses nombreuses recherches, Lucie Bonato (1) a redessiné pour nous leur cadre d’origine, tout en faisant revivre l’atmosphère de cette époque à Chypre : elle nous y révélera une facette inattendue de Grasset d’Orcet, celle d’un ethnologue.

À la suite, la transcription de dix-huit lettres de Grasset d’Orcet – dont l’une émaillée de croquis – s’accompagne de différentes pièces provenant d’archives privées ou publiques, dont le fac-similé d’une lettre à Renan.


2 volumes grand in-8° (156 x 220) de 624 p. et 128 p., imprimés sur centaure naturel 90 gr, orné de 35 illustrations (in et hors-texte). Les deux ouvrages sont brochés et leurs cahiers cousus. Le second volume porte sur le premier plat de couverture une reproduction en couleur du fameux vase d’Amathonte, dessiné par Grasset d’Orcet.

Le tirage de cette édition originale a été limité à 300 exemplaires, numérotés ; la composition des deux ouvrages a été particulièrement soignée : elle a respecté la mise en page intégrale de la Revue Britannique, dans la typographie retenue à l’époque, ce qui apporte une restitution fidèle des articles.